Recevez les offres d'emploi par emailEn savoir plus
Alertes 
 

« Le handicap, facteur de performance »

Phonemploi


Depuis la loi de 2005 et les différents accords triennaux conclus en interne, le groupe Orange a pris à bras le corps la question du handicap. Entretien avec Laurent Depond, directeur de la diversité du groupe.


Quelles sont les mesures prises par Orange sur la question du handicap ?
Nous avons conclu en juin dernier le quatrième accord triennal portant sur la question du handicap. Il s'agit d'un sujet particulièrement important pour nous, tant en interne que vis-à-vis de nos clients, qui peuvent être confrontés au handicap. Au niveau des objectifs chiffrés, le nouvel accord se veut ambitieux, avec un engagement de 325 recrutements en CDI de personnes en situation de handicap, depuis le 1er janvier 2011 et pour les trois ans à venir. L'accord précédent fixait à 180 le nombre de recrutements en CDI.

Comment est perçue la question du handicap en interne ?
Nous avons réalisé il y a deux ans une vaste étude en interne, dont les conclusions démontrent que la présence au sein d'une équipe d'une personne en situation de handicap est un facteur de performance. Pourquoi ? Car même s'il peut y avoir un taux d'absence au travail plus important que la moyenne du fait du handicap d'un des membres de l'équipe, l'effort fourni est plus important, par effet miroir : l'effort fourni par la personne en situation de handicap pour le surmonter pousse ses collègues à faire eux-mêmes plus d'effort.

Y a-t-il des points qu'il reste à améliorer sur le sujet ?
La question de la formation des personnes en situation de handicap est un vrai problème. Seules 6 % d'entre elles ont une qualification de type cadre, agent de maîtrise ou de technicien. Pour contourner le problème, nous faisons en sorte que les personnes handicapées ayant du potentiel et de la motivation mais n'ayant pas le diplôme requis disposent d'une formation et d'un accompagnement en interne. Mais il est évident que d'un point de vue général, il faudrait que soit mise en place au niveau national une vaste campagne d'incitation à la formation supérieure des personnes en situation de handicap et de lutte contre les stéréotypes. L'idée qu'un jeune handicapé doive forcément s'orienter vers une formation protégée et/ou un métier-type reste encore trop ancrée.


Dernière mise à jour: 14/11/2011 - 3:51 AM