Recevez les offres d'emploi par emailEn savoir plus
Alertes 
 

LE COACHING

Phonemploi.com

Le coaching : ça sert à quoi ?


-Vous en avez entendu parler, quelquefois en bien, quelquefois en mal. Certaines personnes vous ont parlé de véritable psychothérapie, d'autres affirment que cette mode outre atlantique n'a absolument rien de nouveau ni d'intéressant à proposer, certains encore se demandent pourquoi les termes issus du sport sont autant appréciés dans l'entreprise moderne (après tout " coach " c'est le nom qu'on donne aux entraîneurs de foot, non ?).

Alors finalement, c'est quoi le coaching et surtout, à quoi ça sert ?


D'où vient le mot coaching ?

-Le terme coach est anglais mais il est tiré du mot français coche. Lequel provient du hongrois Kocs et signifie " voiture transportant des voyageurs ". Le cocher est donc celui qui conduit des voyageurs d'un point à un autre.

Notons que le cocher ne choisit ni ses passagers ni la destination de ces derniers. Son intervention consiste uniquement à aider les voyageurs qui le désire à atteindre la destination qu'ils se sont fixés. Où l'on retrouve la philosophie du coaching dans l'étymologie du mot...

Le terme a donc déjà traversé l'Atlantique une fois et il nous revient maintenant sous sa forme américaine. Il n'est pas toujours facile de traduire littéralement un mot. Pour le verbe " to coach ", on retrouve les notions de préparer, motiver, accompagner voire entraîner (à ne pas confondre avec le verbe " to train " qui signifie former).



Qu'est-ce que le coaching ?


-En français le terme le plus judicieux serait donc vraisemblablement : accompagnement. Il est d'ailleurs de plus en plus usité par les spécialistes du coaching.

-En principe le coaching est un exercice à deux. Il concerne l'accompagnateur et l'accompagné. Il est néanmoins possible de trouver ce que l'on nomme le coaching d'équipe sans que cela ne modifie vraiment la définition du terme.

Il s'agit donc d'un accompagnement individuel en vue de développer le savoir-faire ou le savoir-être d'un individu dans une situation professionnelle. La technique de coaching n'est donc pas l'apanage des spécialistes. Dés l'instant où un individu en accompagne un autre afin de le faire progresser, il le coache. Le coaching est donc applicable à toute sorte de spécialités, qu'elles soient techniques ou non.

Ainsi en général, le coaching interne (une personne de l'entreprise coache une autre personne de l'entreprise) concerne plutôt les techniques, savoir-faire et même savoir-être propres à l'entreprise concernée. Exemple : Un chef des ventes accompagne un commercial afin de lui inculquer les caractéristiques de vente qui font les atouts de l'entreprise.

Dans nombre de cas, un coach extérieur à l'entreprise peut s'avérer nécessaire afin d'affronter des situations ou des problématiques qui échappent aux savoir-faire et savoir-être de l'entreprise. Exemple : un manager rencontre des difficultés particulières à assumer son poste et l'entreprise souhaite lui donner toute l'aide possible pour qu'il prenne son autonomie. Autre exemple, un directeur de service doit mettre en place un projet important et il souhaite être accompagné afin de prendre le recul nécessaire à la réussite de ce projet.


Comment se passe le coaching externe ?

Cela se déroule en général sous forme d'entretien sur le lieu de travail. Toutefois, dans certains cas, le client peut apprécier de sortir de son environnement habituel.

-Eliminez tout d'abord les spécialistes de la psychopapouille qui vous proposerons de longues discussions sans objectif professionnel ni échéance clairement définie ! Le coaching a pour objectif général l'atteinte rapide de l'autonomie. Pour cela, il nécessite une grande rigueur sur :

      - la définition du ou des objectifs
      - l'élaboration des critères de mesure
      ou d'observation de l'atteinte de ces objectifs - les règles du jeu (fonctionnement des entretiens, comportements...) qui garantiront la réussite finale
      - le respect et la confidentialité des propos tenus durant les entretiens de coaching - le respect des échéances

Par ailleurs, le coaching applique certains grands principes du genre humain.


-On ne peut répondre qu'aux questions que l'on se pose. Le coach va donc sensibiliser le client à certaines situations, problématiques, questions que ce dernier ne percevait pas nécessairement. Quand les questions deviennent ses propres interrogations, le client peut commencer à élaborer des réponses.

-C'est rarement la solution qui est mauvaise, mais plutôt le problème qui est mal formulé. Etre sensibilisé consiste à prendre conscience d'un problème qui ne nous apparaissait pas comme tel à l'origine. Pour aider à trouver les solutions adaptées, le coach amène le client à aborder toutes les facettes de la situations considérée y compris celles qui ne confortent pas le client. Sans cette action de challenger, le coaching est peu efficace.

-On n'applique bien que les solutions que l'on a fait siennes. Il arrive fréquemment que la solution à un problème soit l'évidence même sauf pour celui qui se pose le problème. Dans ce cas, la résolution du problème est impossible. Le coach ne trouve pas de solution, il accompagne le client à trouver ses solutions.

-Réussir, c'est 5% d'intelligence et 95% de gymnastique. Un entretien de coaching dépasse rarement les 2 ou 3 heures. Entre chaque prestation, il est important de mettre en pratique ce que l'on a compris ou assimilé. On retrouve ainsi des principes chers à la formation.


Qui peut-être intéressé par le coaching ?

-En fait toute personne ou groupe de personne désireux de développer son potentiel. Toutes les situations sont envisageables. Le coaching se veut le plus proche possible du sur-mesure. Chaque cas doit donc être discuté.

Cela dit, il est possible de distinguer deux grandes formes de coaching externe :

      - La personne est confrontée à un problème général d'adaptation : Elle prend un poste. Elle constate un manque important sur une part non négligeable de sa mission. Elle pense pouvoir encore améliorer son efficacité personnelle. Elle souhaite préparer davantage son avenir professionnel etc.

      - La personne est confrontée à une situation ponctuelle : Elle doit se consacrer à un projet essentiel qui nécessite de sa part une prise de recul, une expertise particulière ou une remise en question importante. Elle ressent des difficultés dans un environnement difficile ou changeant etc.

Tout cela est fort bien ! Il reste néanmoins une interrogation non levée (au moins une en tous les cas...). Pourquoi le coaching est-il autant à la mode aujourd'hui s'il correspond à autant de situations qui elles ne sont ni nouvelles ni originales ?

Evidemment, les réponses à une telle interrogation ne sont que prises de position et jugements personnels. Je vous invite à découvrir un début de réponse dans l'article intitulé " Le coaching nous sauvera-t-il de la faillite humaine ? ".


Dernière mise à jour: 12/10/2009 - 5:11 AM