Recevez les offres d'emploi par emailEn savoir plus
Alertes 
 

Entretien téléphonique : les erreurs à ne pas commettre

Phonemploi

La pratique de l'entretien téléphonique pour une première approche entre le recruteur et les candidats n'est pas sans risque. Quelques règles de base s'imposent afin de ne pas laisser une mauvaise impression si vous postulez dans un centre d'appels.


Pour Sacha Kalusevic, directeur chez Page Personnel, « la pratique de l'entretien téléphonique tend à se développer pour avoir un premier contact avec le candidat et effectuer une première sélection. » Si l'entretien en face à face s'avère décisif dans la plupart des cas, il s'agit de ne pas négliger cette étape préliminaire. « La première règle est d'aller droit à l'essentiel, conseille Sacha Kalusevic. Le recruteur voudra cerner le profil du candidat, son cursus, ses expériences passées, ses compétences. » Il faut donc connaître sur le bout des doigts les dates et les éléments clés de son CV. « Un entretien téléphonique dure environ 15 à 20 minutes. Durant ce laps de temps, le candidat doit avoir un discours clair et synthétique, ne pas laisser trop de blanc à une question posée ou sembler étonné. » Même lorsque le recruteur se met à parler anglais pour vérifier le niveau de langage, ce qui arrive fréquemment pour les postes en centre d'appels.

Sachez aussi que bien souvent, le recruteur appellera la personne de manière inopportune. Vous devez donc être prêt. « Néanmoins, tempère Sacha Kalusevic, il est tout à fait possible de demander à reporter l'entretien si vous êtes dans un environnement peu propice », dans un train ou à une terrasse de café par exemple.

Sur la forme, le candidat interrogé doit être vigilant sur la manière dont il s'exprime, « particulièrement pour postuler dans le domaine de la télévente, où le niveau de discours se doit d'être irréprochable. » Attention à la pollution verbale. « J'ai trop souvent le cas de personnes s'exprimant avec des mots parasites », prévient le recruteur. Exemple avec le mot « boîte » pour parler d'une entreprise.

Enfin, Sacha Kalusevic délivre un dernier conseil, plus étonnant : avoir le sourire. « Il s'entend, affirme-t-il, c'est important de créer du lien et de se montrer sous un jour spontané et dynamique. Il n'est d'ailleurs pas interdit, à la fin de l'entretien, de poser des questions ou de suggérer un entretien physique en se montrant disponible. Tout est question de feeling. »


Régis Delanoë


Dernière mise à jour: 11/03/2011 - 3:36 AM